Liz reporte son départ… pour mieux partir !

« Impossible is not Liz » certes… Mais il est des moments où la raison se doit de l’emporter sur la volonté et le courage. Et aujourd’hui, c’est elle qui contraint Liz Wardley à renoncer à son départ, le mois prochain, pour sa tentative de record de traversée de l’Atlantique en pirogue. Un projet sur lequel la petite Papoue ne tire cependant pas un trait définitif : « L’histoire ne s’arrête pas ! Non seulement elle continue, mais elle n’en sera que plus belle ! ». Même si la déception est légitime, Liz Wardley demeure positive et ce n’est pas ce chapitre malheureux qui va entraver les aventures de la guerrière des antipodes…

[EN] The record attempt to paddle across the Atlantic Ocean in an outrigger canoe has been postponed >> Download the english version of the press release : click here.

Liz, quelles sont les raisons de ce renoncement à ta tentative de record ?
« Je n’y renonce pas ! Cette traversée de l’Atlantique en pirogue, c’est un rêve avec lequel je vis depuis de longs mois et que je réaliserai un jour. C’est une chose certaine ! Mais pour que ce rêve ne tourne pas au cauchemar, il fallait reporter ce départ. Pour des raisons de logistique tout d’abord : le bateau qui devait m’escorter durant la traversée a pris du retard dans sa préparation, décalant d’autant son arrivée aux Canaries et réduisant, de ce fait, la fenêtre de départ qui était déjà très restreinte. Partir pour partir, en réduisant quasiment à néant les chances de réussir et en mettant en péril ma sécurité de manière extrême, ce n’est pas la peine. Pour des raisons de communication également. Pas que cette traversée soit un « coup de com’ », ceux qui me connaissent n’y croiraient pas une seconde ! Mais parce que ce projet ce n’est pas que le mien, c’est aussi celui de tous ceux qui me suivent et me soutiennent : mon équipe, mes partenaires, mes supporters et les médias avec qui j’ai envie de partager cette aventure. Or pour cela, il faut un minimum de moyens afin d’envoyer des images et réaliser des vacations, et ces moyens je ne les ai pas aujourd’hui. »

Même si cette décision apparaît comme une décision de raison, on t’a, malgré tout, senti très déçue…
« Sur le coup, oui forcément, car ce n’est pas dans mon tempérament. J’en avais très envie, je m’en sentais capable malgré les difficultés. Mais à un moment, il faut être lucide et se montrer un minimum « raisonnable », même si je déteste ce mot. Et puis, je m’en voulais vis-à-vis de mes partenaires et mes supporters. J’avais l’impression de trahir leur confiance. Mais ils ont parfaitement compris et leur soutien m’a beaucoup touchée et aidée à passer outre la déception. Aujourd’hui, je suis de nouveau dans une dynamique positive. Je sais qu’avec eux nous irons au bout de cette histoire, ensemble. C’est juste une question de temps. »

Cette histoire justement, quels vont en être les prochains chapitres ?
« De l’entraînement encore et toujours. Et puis des tests également, que ce délai de préparation supplémentaire va nous permettre d’effectuer. Nous allons continuer de préparer et fiabiliser la pirogue et faire également plusieurs navigations de moyenne distance pour nous rôder, moi et le bateau. A défaut d’y aller pour prendre le départ d’une transatlantique, je pense aller malgré tout aux Canaries fin janvier pour justement effectuer cette préparation dans de bonnes conditions. Enfin, nous allons mettre au point pour 2013 un petit programme de records qui nous permettra de faire monter en puissance le projet jusqu’à la tentative de traversée de l’Atlantique. L’histoire continue donc de plus belle et j’espère que nous allons pouvoir embarquer avec nous encore plus de supporters ! »

Download the english version of the press release : click here

Laisser un commentaire