Liz Wardley à la recherche de nouveaux partenaires

Seule, elle ne le sera que sur l’eau, à bord de sa pirogue, d’à peine sept mètres de long. La navigatrice originaire de Papouasie-Nouvelle-Guinée a de l’énergie à revendre, mais aussi un beau projet à « vendre ». Car si la mer est son élément, « Chook » n’en garde pas moins les pieds sur terre. Pour vivre à fond sa traversée de l’Atlantique en solitaire, Liz Wardley le sait, il lui faut encore trouver de nouveaux partenaires. L’accompagner d’un bout à l’autre de l’Atlantique, des Canaries jusqu’aux Antilles, c’est vivre avec elle une aventure grandeur nature. Partager une belle épopée sportive – première mondiale ! – en interne comme en externe. Une invitation au rêve en somme, inestimable en soi…

Comme Sojasun, surfez dans le sillage de Liz Wardley !
Partenaire historique de Liz Wardley, engagé notamment à ses côtés lors de quatre de ses campagnes en Figaro (de 2005 à 2008), Sojasun réitère aujourd’hui son soutien à « Chook ». L’entreprise va ainsi mettre son expertise nutritionnelle au service de la navigatrice de nationalité australienne, en lui proposant, via sa marque « Nutrisun », des produits diététiques innovants et « sur-mesure ». Un bon moyen de donner à Liz l’incroyable énergie dont elle aura besoin, dans l’accomplissement d’un défi encore inédit jusqu’ici.

Chantier bientôt terminé, mise à l’eau imminente !
Jeudi 6 septembre, une étape importante de la construction de la pirogue a été franchie, avec la fermeture de la coque principale. Un grand jour pour Liz et Sébastien Dechaume : « Nous avons fait un super boulot, se réjouit celle que l’on affuble du titre de « fille de l’océan ». Nous allons donc pouvoir mettre à l’eau la coque cette semaine et effectuer les premiers tests de flottabilité, avant de couper le pont pour ouvrir la cellule de vie. Comme on dit en Australie : it’s very exciting ! » Une fois les bras de liaison reliés et le flotteur terminé – fin septembre si tout se passe bien – Liz pourra alors effectuer ses premières navigations en configuration de course. De quoi mettre l’eau à la bouche à la « Demoiselle des Antipodes » et, on l’espère pour elle, inciter de nouveaux partenaires à surfer sur sa vague…

Laisser un commentaire