Portrait

C’est un 6 décembre, en 1979, à Kokopo, à l’autre bout du monde, en Papouasie Nouvelle-Guinée, que Liz Wardley a vu le jour. Australienne, de parents anglais, désormais domiciliée en Bretagne, la Demoiselle des Antipodes est de ceux qu’on peut affubler du terme à la mode de « citoyen du monde » ! Citoyenne du monde mais aussi et surtout « fille de l’océan » ! Car si la miss est bien sagittaire et non poisson, c’est bien dans l’élément liquide qu’elle se sent vraiment à l’aise comme l’atteste son incroyable curriculum vitae…

Chook au large…

Dès son plus jeune âge, Chook, comme on la surnomme, passe son temps entre le bateau de pêche de son père et le club de voile au sein duquel elle s’initie au Hobie Cat. La jeune fille est douée et a de la suite dans les idées. A 15 ans, sa décision est prise : elle fera du sport nautique son métier. Vice-championne du monde de Hobie Cat en 1998, Liz accède très vite au monde professionnel de la course au large. Elle remporte en équipage la Sydney – Hobart en 1999 puis effectue, à tout juste 22 ans, son premier tour du monde en course lors de la Volvo Océan Race 2001 en tant que n°1 et barreuse sur Amer Sport 2. Mais si elle apprécie l’esprit d’équipe, c’est bien la performance solo qui attire la petite blonde. Et comme il paraît qu’il existe de l’autre côté de la planète un petit village d’irréductibles gaulois où l’on forme les meilleurs marins au large en solitaire, ni une ni deux, Liz la papoue fait ses valises et débarque un beau matin dans la fameuse « Vallée des fous » !

Sa détermination, son acharnement, son talent et son profil complètement atypique, séduisent immédiatement les frenchies du Centre d’entrainement de Port La Forêt qui l’incorporent à leur « bataillon d’élite » où elle rejoint donc les Desjoyeaux, Jourdain, Le Cléac’h et autres Cammas… Sous les couleurs de Sojasun, elle effectue avec brio cinq saisons sur le très exigeant circuit Figaro, marquées notamment par une 17ème place sur la Solitaire et une 4ème sur la Transat BPE en 2007.

De la voile à… la pirogue

Consciente d’avoir énormément appris au contact des meilleurs, Liz se sent toutefois un peu étouffée au sein du rigoureux Centre de Port Laf’ et du très formaté circuit Figaro. Oppressée par le sentiment de naviguer contre nature, elle éprouve le besoin de respirer, de se libérer, de retrouver son feeling avec la mer.  Fin 2009, elle décide donc de donner un nouvel élan à ses aventures nautiques ! La glisse et l’effort l’ont toujours attirée : aussitôt dit aussitôt fait, elle se met à la pratique intensive de deux disciplines en plein essor : le Stand Up Paddling et la pirogue. Comme d’habitude, dès qu’il s’agit de sport d’eau, Liz « cartonne » ! Elle remporte, dès sa première sortie, la très disputée Quicksilver Eyewear Paddle race en catégorie femme. Elle gagnera le mois suivant la Presqu’île Paddle Race en Pirogue… Depuis, plus rien n’arrête Liz qui s’est construit, en quelques mois seulement, une solide réputation dans les sports de rame raflant de nombreux titres en SUP et en Pirogue !

Jamais rassasiée, Liz en veut plus : plus vite, plus loin, plus longtemps. L’extrême endurance en haute mer, c’est son « truc » et comme il n’existe pas de challenge à la hauteur de ses envies, elle s’en est créé un, toute seule…

Une réflexion au sujet de « Portrait »